SOCCER : Germany vs France - World Friendly Game - 11_14_2017
@News

Partage entre l'Allemagne et la France, l'Angleterre et le Brésil, l'Espagne et la Russie

Rédaction en ligne | Publié le Mardi 14 Novembre 2017 à 23h15

Il n’y avait pas que le match des Diables rouges face au Japon, ce mardi soir. D’autres rencontres étaient également très intéressantes.

Allemagne – France (2-2)

Eau de Cologne, parfum de Mondial : l’équipe de France a ponctué mardi son année 2017 mouvementée en allant faire un beau match nul face à l’Allemagne championne du monde chez elle (2-2), avec notamment un doublé de Lacazette.

Les Bleus ont même frôlé la victoire : ils ont mené grâce à Lacazette (34e, 71e), mais la Mannschaft a égalisé deux fois, grâce à Werner (56e) puis Stindl dans les toutes dernières secondes (90e+3).

Après leur qualification d’octobre, sous le signe de la mission accomplie malgré un jeu parfois laborieux, et avant la séquence internationale de mars, la dernière avant la liste mondialiste de mai, les Bleus ont tenu le choc, avec ce beau nul qui suivait la facile victoire contre les modestes Gallois vendredi dernier (2-0).

L’Allemagne, elle, n’a plus connu la défaite depuis 21 matches et la demi-finale de l’Euro-2016, face à… la France (2-0).

Au jeu des joueurs majeurs absents, la France menait 9-3 au coup d’envoi (Lloris, Sidibé, Mendy, Kanté, Pogba, Payet, Lemar, Dembélé et Giroud ; contre Neuer, Kimmich et Müller).

Les deux groupes avaient misé sur les expérimentations lors de cette fenêtre d’octobre, mais pas question non plus de galvauder ce rendez-vous.

Didier Deschamps pourra tirer des enseignements de cette séquence de novembre, et en tout cas se reposer sur un vivier garni. Tout en ayant une marge de progression dans le jeu, pas toujours à même de contrôler le cours du match, et plus à l’aise en contre-attaque, sous l’impulsion de Mbappé notamment.

Les Français ont tenu le choc, sans souffrir outre-mesure de la comparaison, du moins en première période. Ce fut bien plus dur après la pause. Mais les Bleus ont été plus réalistes, et ont affiché une grosse solidarité offensive.

Alors que l’association Griezmann-Mbappé avait pour la première fois fonctionné à plein vendredi, Didier Deschamps avait choisi de laisser « Grizi » sur le banc au coup d’envoi, signe qu’il plaçait ce match sous le signe du grill, pour y poser Martial devant, et Rabiot en sentinelle.

Et Giroud (adducteurs) n’était pas là : place donc à Lacazette, dans un 4-3-3.

Martial et Lacazette ont défloré le score, lorsque sur un centre de Digne, Martial effaçait Süle et servait un caviar à Lacazette (34e). Ce dernier doublait son compteur personnel, lancé par Mbappé, en venant battre Trapp en face-à-face (71e). « Alex » a marqué des points, et a reçu une chaleureuse accolade de Deschamps en laissant sa place.

Martial lui a offert son premier but, et a eu quelques fulgurances, mais aussi du déchet, comme sur cette contre-attaque où il ne s’entend pas avec Mbappé qui reçoit le ballon hors-jeu (28e). Martial a marqué quelques points, mais la concurrence sur les ailes est rude…

Les Bleus se sont procurés plusieurs occasions nettes, mais sont tombés sur un très bon Trapp, qui disputait ses premières minutes de la saison : il a sorti de très beaux arrêts sur des tentatives de Lacazette (19e), Mbappé (32e) et Martial (58e).

Mais les Allemands sont montés en régime, du centre de Draxler sur lequel Rüdiger rate incroyalement le cadre (53e) à l’équerre trouvée par Kroos sur coup franc (70e). Werner, souvent isolé, a battu Mandanda sur une ouverture d’Özil (71e), et Stindl aussi, sur une nouvelle inspiration d’Özil relayée par Götze (90e+3).

Angleterre – Brésil (0-0)

L’Angleterre et le Brésil de Neymar ont fait match nul (0-0) en match amical, mardi soir à Wembley.

Sortant d’une large victoire contre le Japon vendredi (3-1), le Brésil n’a pas confirmé face à une Angleterre rajeunie, qui elle avait enregistré un match nul encourageant contre les champions du monde allemands vendredi (0-0).

Russie – Espagne (3-3)

L’Espagne n’a pas réussi à enchaîner après son large succès 5-0 contre le Costa Rica il y a trois jours, tenue en échec cette fois-ci 3 à 3 par la Russie mardi à Saint-Pétersbourg.

Avec ce résultat face au pays-hôte du Mondial-2018, les joueurs de Julen Lopetegui ont toutefois la satisfaction d’avoir enchaîné un 15e match de suite sans défaite.

La Russie de son côté aura la satisfaction d’avoir fait bonne figure contre deux grosses équipes, après son court revers contre l’Argentine samedi à Moscou (0-1).

Les Espagnols ont dominé l’essentiel des débats et ont ouvert la marque rapidement par Alba de la tête (9). Ramos doublait la mise sur penalty peu après la demi-heure de jeu (2-0, 35e), après une main dans la surface de Kuzyayev.

Mais Smolov réduisait le score avant la pause (41), et la Russie revenait à hauteur en début de seconde période par Miranchuk (51), qui poussait au fond un ballon repoussé par Nacho Fernandez.

Ramos provoquait ensuite une nouvelle faute russe dans la surface et il convertissait lui-même ce second penalty pour redonner l’avantage aux champions du monde 2010.

Mais Smolov réussissait lui aussi un doublé à la 70e minute, d’une belle frappe à l’extérieur de la surface pour une nouvelle fois ramener les Russes à hauteur.

En toute fin de match, le gardien russe Andrei Lunev était mis KO dans un choc avec Rodrigo Moreno alors que l’entraîneur russe avait déjà opéré tous ses changements. C’est le milieu du Spartak Moscou Denis Glushakov qui enfilait le maillot de gardien et les gants pour les derniers instants, mais l’Espagne n’avait pas le temps d’en profiter.