PHOTONEWS_10675394-038

Crise en Catalogne: le ministère des Finances espagnol veut vérifier les comptes du voyage des 200 maires catalans

Afp | Publié le Mardi 14 Novembre 2017 à 22h01

Le ministère des Finances espagnol demande que les bourgmestres et eurodéputés catalans qui se sont rendus à Bruxelles le 7 novembre viennent témoigner devant la Cour des comptes. Il soupçonne que de l’argent public ait été utilisé lors de ce voyage de soutien à l’ex-gouvernement catalan en exil, rapporte mardi la chaîne catalane Televisó 3 sur son compte Twitter.

José Enrique Fernández de Moya, le secrétaire d’État attaché au ministère des Finances espagnol, a demandé au procureur de la Cour des comptes d’ouvrir une enquête sur le voyage à Bruxelles des 200 édiles et de plusieurs eurodéputés catalans. Il désirerait faire la lumière sur les dépenses engendrées par un tel déplacement. M. Moya suspecte en effet que le voyage «n’a pas été financé par des fonds privés sinon qu’en tout ou en partie, des fonds publiques ont pu être employés».

Le ministère demande que le parquet entendent les maires si celui-ci le juge nécessaire et que soient cités à comparaître trois bourgmestres en particulier: Neus Lloveras, édile de Vilanova i la Geltrú et présidente de l’Association des municipalités pour l’indépendance (AMI); Miquel Buch, maire de Premià de Mar et président de l’Association catalane des municipalités (ACM) et Meritxell Budó, bourgmestre de La Garriga.

Mme Lloveras et M. Buch pourraient en effet fournir la liste des édiles participants et de leurs éventuels accompagnateurs, estime le ministère, qui désire également prendre connaissance des activités organisées, de leur coût et de la manière dont elles ont été financées.

Mme Budó avait déclaré pour sa part qu’elle facturerait le déplacement à sa mairie étant donné qu’elle se rendait à Bruxelles en sa qualité de représentante de la localité.

Le ministère des Finances estime à environ 200 euros par personne le billet d’avion pour Bruxelles et de 7.000 à 10.000 euros la location du centre culturel Bozar, qui avait accueilli la conférence de presse.