d-20171002-Y8QZ3X 2017-10-02 15:25:05
Illustration

Au moins cinq morts dans une fusillade près d'une école primaire en Californie

Afp | Publié le Mercredi 15 Novembre 2017 à 07h08

Un tireur a réveillé mardi les pires cauchemars de l’Amérique en ouvrant le feu sur une école primaire et ses alentours en Californie, tuant quatre personnes et en blessant près d’une dizaine d’autres, dont deux enfants, choisissant ses victimes au hasard avant d’être abattu, selon les autorités.

Au moins trois personnes ont été tuées et deux enfants blessés mardi au cours d’une fusillade dans une école élémentaire du nord de la Californie, ont affirmé les autorités, précisant que le tireur avait été abattu.

Selon KCRA, un média local de San Francisco, les tirs ont éclaté d’abord dans une maison du comté de Tehama (environ 200 km au nord de Sacramento) et se sont ensuite poursuivis à l’école.

«Je sais qu’on a évacué par les airs un certain nombre d’écoliers. Je sais que l’école a été sécurisée, que les enfants qui étaient en classe ont été placés en lieu sûr», a affirmé sur KCRA le shérif adjoint local, Phil Johnston.

Selon lui, trois personnes sont mortes lors de cette fusillade qui a mobilisé 100 membres des forces de l’ordre. Le tireur, a souligné Phil Johnston, a été abattu par la police.

«Le tireur présumé est décédé», a déclaré aux journalistes le shérif adjoint Phil Johnston. «Il y a au moins trois morts.» Les autorités précisent que la fusillade a eu lieu vers 08h00 du matin heure locale (17h HB), près de la ville de Red Bluff.

Trois armes ont été retrouvées sur la scène du crime qui a mobilisé 100 membres des forces de l’ordre, a-t-il souligné: un fusil semi-automatique et deux armes de poing.

Ce nouveau drame survient moins de 10 jours après qu’un homme eut perpétré la pire tuerie de l’histoire du Texas, en abattant 26 personnes dans une église baptiste de Sutherland Springs.

Les fusillades, y compris dans les établissements scolaires, endeuillent régulièrement les Etats-Unis, un pays où environ 90 personnes meurent par balle chaque jour et où le débat sur le contrôle des armes à feu ne s’éteint jamais vraiment.