PHOTONEWS_10676688-092
©News

Belgique-Japon: comment faire jouer les Diables après les critiques de Kevin De Bruyne?

Rédaction en ligne | Publié le Mardi 14 Novembre 2017 à 16h24

Alors que le Japon se profile ce mardi, Martinez va faire de nombreux changements et tenter de trouver la bonne formule. Des anciens sélectionneurs et un ancien joueur nous livrent leur analyse de la situation.

Ce mardi soir, à Bruges, face au Japon (20h45), la Belgique disputera son deuxième match amical, avec la volonté de Martinez d’effectuer des changements et des essais. Si des joueurs comme Simon Mignolet et Christian Kabasele sont assurés de recevoir une chance, d’autres comme Laurent Depoitre, Steven Defour, Adnan Januzaj ou Thorgan Hazard attendent patiemment leur tour.

On l’a vu contre le Mexique, cela peut parfois s’apparenter à un cadeau empoisonné face à un adversaire à la tactique rodée. Cependant, ces joueurs n’ont parfois d’autres choix que de se montrer dans ces circonstances particulières. Ce match pourrait également permettre au sélectionneur d’essayer un nouveau système (une défense à quatre) ou de relancer des joueurs mis en difficulté face au Mexique.

Car, il faudra avant tout évacuer le doute instillé par la dernière rencontre et les propos de Kevin De Bruyne afin de ne pas sortir de cette double joute amicale avec davantage de doutes que de certitudes. Alors que le médian de Manchester City a soulevé plusieurs problèmes, des anciens sélectionneurs et un ancien joueur nous livrent leur analyse de la situation.

> Robert Waseige  : « Le 3-4-2-1 est une base intéressante »

Le système et la défense : « Je pense que la défense ne doit pas trop être mise en cause. C’est un atout et une base intéressante pour certains, voire beaucoup de matches. Mais force est de constater que face à des équipes en 4-3-3, ta défense est écartelée. Et si tu défends à cinq, tu n’as plus que deux ou trois membres pour meubler le no man’s land de l’entrejeu. Alors, dans ce cas-là, il faut repasser à quatre même si on peut toujours rétorquer que l’Italie joue avec trois défenseurs quel que soit l’adversaire. »

> Thomas Chatelle  : « Il n’y a toujours pas de plan B »

Le cas De Bruyne : « La sortie de Kevin De Bruyne ne fait qu’amplifier le chantier et ne facilite pas les choses. Normalement, cela se règle en interne. C’est la porte ouverte à ce que tous les joueurs expriment leur avis ou leur mécontentement. Chacun peut avoir un avis, surtout un joueur de l’importance de De Bruyne mais la manière me dérange. Après Courtois à l’Euro, cela devient une mauvaise habitude. »

> Aimé Anthuenis  : « En Angleterre, De Bruyne, c’est Dieu »

Les latéraux : « Je trouve que Meunier a grandi dans son rôle. Il a acquis les gestes défensifs et peut donc à la fois s’occuper de son travail offensif que défensif. Par contre, à gauche, ni Chadli, ni Carrasco ne constituent une solution lorsqu’on est mis sous pression. Je ne vois que Jan Vertonghen pour sécuriser le côté gauche. À moins que Jordan Lukaku… »