d-20170426-3ECZ2F 2017-05-18 21:32:40
L’obésité touche autant les hommes (18%) que les femmes (17%) en Hainaut.

Dans la province de Hainaut, 64% des hommes et 43% des femmes sont trop gros!

A.W. | Publié le Mercredi 11 Octobre 2017 à 20h26

Le constat est amer et provient de l’Observatoire de la santé du Hainaut: la population hennuyère est en moyenne plus touchée que la moyenne belge par les problèmes de poids, de manque d’activités physiques et par la mauvaise alimentation. L’obésité touche autant les hommes (18%) que les femmes (17%) en Hainaut. Les hommes sont par contre beaucoup plus nombreux à être en surcharge pondérale (46%) que les femmes (26%). Une problématique abordée par nos confrères de RTL-TVI dans l’émission La Décision.

L’observatoire de la santé du Hainaut a sorti en mai dernier des chiffres révélateurs sur le surpoids de la population hennuyère… chaque fois en comparaison de la moyenne belge en 2013. Chez les hommes: 1,3% de la population est en situation de maigreur (1,5% en Belgique), 35% en situation normale (44% en Belgique), 46% en surcharge pondérale (41% en Belgique) et 18% est obèse (13,6% en Belgique).

Chez les femmes: 5,6% est en situation de maigreur (4,4% en Belgique), 51% en situation normale (54% en Belgique), 26% en surcharge pondérale (28% en Belgique), 17% est obèse (14% en Belgique). Le constat est rapide: le Hainaut est très mauvais élève par rapport à la moyenne nationale.

Autre constat: quel que soit le niveau territorial, le surpoids demeure plus important dans la population masculine. À l’inverse, les situations de maigreur ou de corpulence normale se retrouvent plus fréquemment chez les femmes.

Selon l’âge

Près de 18% des personnes sont donc obèses… Cela correspond à une personne sur 5.

L’obésité touche déjà 8% des 18 à 34 ans, indiquant une population particulièrement à risque de développer des pathologies liées à cet état.

C’est la catégorie des 55-74 ans qui est la plus «exposée». En effet, seuls 34% des personnes de cet âge ont un BMI normal. Les autres sont en surpoids (pour 43%) et obèses pour 22%.

Selon l’instruction

La surcharge pondérale et l’obésité sont liées au niveau d’instruction. En effet, plus celui-ci est faible, plus la proportion de personnes en excès de poids augmente.

Parmi les personnes non diplômées ou détentrices du seul diplôme de l’enseignement primaire, près d’un quart sont obèses (25%) et environ 39% en surpoids.

Petit à petit, avec le niveau d’instruction qui augmente, la surcharge pondérale diminue.

L’obésité ne concerne «que 12%» des personnes diplômées de l’enseignement supérieur.

Chez les jeunes 10 – 17 ans

De 1997 à 2010, on assiste à un doublement de la fréquence de l’obésité qui touche à présent un jeune sur 10 en Hainaut: on passe de 5,4% en 1997 à 9,4% en 2010.

Un constat que la diététicienne/nutritionniste de Marcinelle Corinne Oremans a bien pu remarquer aussi pendant sa carrière: «l’obésité touche de plus en plus d’enfants et c’est très grave!», nous dit-elle (voir hors texte ci-contre).

Pour la surcharge pondérale, on passe de 22 à 29%.

Encore une fois, le niveau d’instruction, et notamment celui des parents, influence beaucoup. L’Observatoire de la santé du Hainaut a comparé notamment l’obésité des jeunes Heninuyers avec la catégorie professionnelle du père. Et le constat est sans appel: les inégalités sociales se marquent déjà sur la santé des jeunes et montrent la tendance de leur transmission d’une génération à l’autre.