fernandez2 (2)

Julie Fernandez-Fernandez: «La survie du modèle socialiste est en jeu»

Rédaction en ligne | Publié le Lundi 19 Juin 2017 à 08h02

Députée fédérale et échevine à Liège, Julie Fernandez Fernandez, est visée par la mesure de décumul intégral que certains veulent mettre en place au PS. Une mesure prise à l’emporte-pièce d’après l’intéressée, qui souhaite par ailleurs que Di Rupo «retape du poing sur la table».

Comme députée-échevine, vous êtes dans l’œil du cyclone de votre propre parti où certains prônent un décumul complet. Votre avis là-dessus?

On doit réformer. Aucun doute là-dessus. Mais cette mesure n’est en rien une bonne réponse. Qu’est-ce qui pose problème aujourd’hui? Ce sont les mandats dits privés ou dérivés ainsi que les rémunérations non contrôlées qui en découlent. Ou, dans le cas du Kazakhgate, les conflits d’intérêts. Dès lors, appliquons déjà strictement les règles drastiques de limiter à 150% de l’indemnité parlementaire les rémunérations de tous au PS tout compris, en y incluant aussi les cabinettards. Et on met dehors ceux qui refusent. Mais faire payer les députés-bourgmestres qui bossent comme des dingues, non. J’ai 92% de taux de présence à la Chambre, je ne loupe quasiment aucun collège communal, et je devrais être sanctionnée pour mon activité politique à cause de ceux qui ont mis les doigts dans le pot de confiture?

La suite de ce long entretien est à lire dans notre édition digitale.